Test#6 : Se faire Compter Fleurette par Cadia

Le 8 avril, la marque Les Lubies de Cadia a lancé son dernier patron « Fleurette », une robe croisée manche tulipe qui accompagnera parfaitement la saison estivale.

C’est la première fois que je me laisse séduire par un patron de cette marque.

Je connais Cadia via ses vidéos YouTube pétillantes qui partagent à la fois des astuces couture (rangement, choix d’ustensiles, etc.) et diffusent également des cours de technique très ludiques et indispensables pour la confection de ses patrons.

J’avoue, je ne suis d’ordinaire pas fan des patrons de Cadia. Ce n’est qu’une question de goût et de style. Par contre je salue la finesse du travail pour chacun de ses modèles ainsi que la recherche artistique. Surtout pour quelqu’un qui, à la base, n’est pas du tout styliste-modéliste.

C’est donc l’exception à la règle : je me suis laissée prendre dans les filets de Fleurette qui m’a sauvagement tapée dans l’œil.

Dessin technique - Robe Fleurette

Le modèle comporte 4 possibilités : une version courte et une version longue. Pour ces deux versions, le bas de la jupe est arrondi, et le dos est plus long sur le dos (en particulier pour la version longue). On peut également choisir entre des manches tulipe ou des manches classiques courtes. Enfin, sur la planche de patron, la ligne de hanches est dessinée ; cela peut permettre de couper cette robe pour la transformer en blouse.

Mais, ce que j’aime le plus sur ce modèle, ce sont ses volants (très en vogue en ce moment) au niveau du buste. Ils sont intégrés aux pinces bretelles, et commencent sur le bas du buste devant pour se terminer sur le haut du dos. Mais on peut tout à fait coudre Fleurette sans volants. C’est vous qui voyez.

Allez, c’est parti

Après avoir assemblée les 38 feuilles qui composent la planche du patron (la planche est tellement grande que j’ai dû le faire au sol), on passe à la toile (je zappe l’étape du report des pièces sur papier de soie, vous êtes rodé(e)s maintenant).

Sauf que …

Première remarque de ce patron : il y a beaucoup de pièces à découper (trop de pièces ?). Et qui dit beaucoup de pièces, dit «tissuvore » (bah oui, ça se coupe dans le droit fil en plus). J’ai utilisé pratiquement les 2/3 d’un drap pour faire ma première toile. Et encore j’ai tracé la version courte que j’ai raccourci davantage au niveau des longueurs d’au moins 10 cm pour la jupe devant et dos.

La bonne nouvelle, c’est que j’apprécie beaucoup le feuillet explicatif. Il est à l’image de sa créatrice, il faut bien le dire : ordonné et efficace. Les illustrations sont claires, la légende est bien décrite dès le départ de manière à ne pas commettre d’impair dans l’assemblage et les descriptions sont plutôt bien pensées. On apprécie également les valeurs de couture qui sont comprises dans chaque pièce, mais ça c’est majoritairement le cas pour les patrons indépendants.

Passons à l’assemblage.

Les indications sur le livret explicatifs sont tellement bien faites, que c’est un véritable jeu d’enfant.

Aucune complication particulière à noter.

Voici la toile.

Nota : je ne marque ni le surjet, ni les ourlets pour mes toiles. Je n’entoile pas non plus les parementures par souci d’économie des matières.

A première vue, comme ça, et désolée Cadia si tu lis cet article, je n’aime pas du tout le rendu.

J’en suis même d’ailleurs très déçue.

Pourtant, le montage s’est très bien passé. Aucune difficulté.

Le pire, c’est quand j’ai essayé la toile.

Mais je n’avais pas prévu que ce genre de modèle, en fait, ne va pas du tout à ma morphologie.

Pourtant à Violette, ça ne lui va pas trop mal.

Bon c’est vrai que le coton du vieux drap qui m’a servi de toile n’aide pas du tout à rendre le modèle seyant. Mais en général pour les autres modèles cela me donne une bonne idée du rendu final. Là c’est le vide intersidéral.

Le deuxième problème, c’est que j’ai l’impression que le patron taille grand. Cadia le précise dans la page 2 ou 3 de son livret explicatif. J’ai taillé dans le 38 (rapport à mes mensurations de hanche), alors que j’aurais peut-être dû partir sur du 36 en me référant plus aux mesures de poitrine et de taille.

Du coup, on se laisse pas aller, on va reprendre le patron mesure par mesure.

Si vous aussi vous souhaitez vous lancer : patron robe Fleurette – T34 au 56 – 10€

La suite dans le prochain épisode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :