Le pochon à coudre

Bonjour à tous,

On se retrouve aujourd’hui autour d’un tuto plutôt sympa que j’ai déniché sur YouTube pour coudre des pochons de rangement.

Eh oui, il est de saison de procéder au grand rangement des affaires d’été et de faire un peu de vide dans son dressing (un peu, hein ?)

Du coup, je cherchais une idée simple pour ranger mes collants d’automne et autres sous-vêtements et je suis tombée sur cette vidéo de Sophie Denys qui nous guide pas à pas pour réaliser des pochons de toutes tailles doublés avec trois fois rien et en deux temps trois mouvements.

Pour voir la vidéo, c’est ici.

Pas besoin de détailler ici les étapes de montage, la vidéo est vraiment bien expliquée. C’est une réalisation qui conviendra parfaitement pour les débutants car elle allie minutie et techniques de base.

Pour info : mon pochon mesure 32×25 cm. J’ai remplacé les cordons par des liens fait maison que j’ai coupé dans mon tissu principal (une bande de 45x6cm que j’ai replié en trois comme pour former un biais).

Pour le tissu, j’ai utilisé un coupon de batiste de coton à motif libellule de chez Mouna Sew et pour la doublure un coupon de coton de chez Toto Soldes.

On peut décliner la destination de ce pochon à l’infini et lui trouver tout un tas d’utilisation.

D’ailleurs, la version de Sophie Denys est en plusieurs empiècements, de quoi sublimer de futurs pochons d’emballage pour les cadeaux de Noël et de jouer avec les matières et les motifs.

À bientôt pour de nouvelles cousettes

Test #7 : La blouse à volants ultra facile de Burda Easy

L’été on a envi de coudre des modèles simples et efficaces. Je me suis donc lancée dans ce patron Burda Easy du magazine janvier/février 2020 que j’ai déterré de mon stock de presse couture.

Burda Easy janvier/février 2020

Une petite pépite qui pourra s’accorder avec de nombreuses matières fluides et légères pour l’été. Mais qui pourra également se décliner pour l’automne et l’hiver avec des matières plus épaisses.

Ici, j’ai utilisé une viscose de chez Mondial Tissus, laize de 140cm, environ 11€/m. Pour moi, T36, 1,10m a été suffisant.

C’est un modèle déclinable en trois versions : le top à manches longues, le top à manches courtes à volants et la robe à manches longues élastiquée à la taille.

L’assemblage de ce modèle est vraiment facile. En plus, les instructions de montage ce magazine Easy sont illustrées en pas à pas, idéal pour les débutants.

Toutefois, je vais vous faire part de quelques astuces coutures qui sublimera votre réalisation.

D’abord, référez-vous à vos mesures poitrine pour choisir votre taille.

Ensuite, sachez que l’encolure dos est un peu large et tombe sur les épaules en laissant apparaître les bretelles de soutien-gorge. Je l’ai donc rétréci d’un bon centimètre à la pliure dos en faisant pivoter mon patron sur le tissu à 0,5cm au niveau de pliure de l’encolure jusqu’à la ligne de taille. Puis, à la ligne de taille j’ai repris le tracé du patron. J’ai redessiné la courbe entre l’aisselle et la taille à l’aide de mon perroquet.

S’agissant de la parementure, comme elle est étroite, elle a tendance à ne pas tenir en place et à se relever constamment, ce qui est pénible ! Pour éviter ça, deux solutions. La première, on peut surpiquer la parementure tout autour de l’encolure à 0,2 mm du bord pour la maintenir. Attention toutefois à ne pas contraindre le tissu qui risque d’onduler à cause d’une piqûre trop serrée. La deuxième, on peut élargir le patron de la parementure de 3 à 4 cm et l’entoiler. On fera une piqure de maintien au niveau des coutures d’épaule.

Ma dernière astuce, c’est concernant le surfilage des bords des volants. Quand on a pas de surjeteuse, le point zigzag reste notre meilleur atout pour des finitions propres. Pour ce faire, je me suis dotée d’un morceau de papier de soie (vous pouvez aussi utiliser du papier sulfurisé de votre cuisine) que j’ai épinglé à mon volant (1). Le papier va pouvoir entraîner la machine pendant que nous piquerons au bord du tissu. Le principe, c’est de coudre le tissu au papier : l’aiguille doit marquer le point inférieur du zigzag sur le tissu et le point supérieur sur le papier (2). Une fois que c’est fait, il suffit simplement de détacher le papier au tissu en suivant les pointillés (3). Ainsi, les bords du volants sont parfaitement surjeutés et bien propres. ici j’ai utilisé un fil de couleur équivalent à celle de mon tissu pour que le surfilage ne se voit pas.

Et puis, voilà le résultat !

À vous de jouer !

À bientôt sur MiCouturette

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer